L i T-time taj-T L E is for everyone... B O N One Letter / Z a I

soso

I'm the walrus, I'm the eggman...
soso

colère saine (click)

  • Accueil
  • Archives
  • Contact
  • au secours
  • Catégories

    Les petits derniers

    in / about Zis blog

    Ce que j'écoute en ce moment...

    ... Et ce que je lis !

    Ma bibliothèque

    retour ... ou pas

    Et pendant ce temps...

    Le Soleil des Scorta

    Par soso :: 17/03/2008 - 13:16 :: Liroli


    Contrairement aux livres dont j'ai parlé précédemment et dont les titres ne laissaient pas beaucoup de place à l'imagination, Le Soleil des Scorta porte selon moi un certain mystère, créé une attente.



    Le Soleil et les Scorta sont les deux repères spacio-temporels de ce roman.

    « La chaleur du soleil semblait fendre la terre ». p. 1

    « Le soleil se levait avec la lenteur magistrale d'un souverain. » p. 235

    Le déroulement sur un siècle n'a rien de bien original et n'est ni gage de qualité, ni de médiocrité. Laurent Gaudé (35 ans !!!) s'en sort admirablement (de même qu'Oswald Wynd dont j'ai déjà parlé). L'évocation de cinq générations d'une même famille dans un village des Pouilles, région pour laquelle l'auteur porte une affection lisible, est d'une lecture suave. On la déguste, elle nous caresse les papilles. Le récit est solide, plein d'événements porteurs de sens ou créateurs d'attente. Les mots sont admirablement bien choisis, tant du point de vue du plaisir de la lecture que de celui de la méta-lecture.

    « Il lui fallait le ciel entier, plein d'étoiles mouillées, pour épancher sa mélancolie » p. 230

    La construction en dix chapitres composés de sous-parties rythme agréablement la lecture, chacun de ces chapitres se refermant par la voix fantomatique de la femme du clan.

    « Vous avez pensé, comme tout Montepuccio, que j'avais glissé

    dans l'eau gelée de la vieillesse et que je n'en reviendrais pas.

    Et puis ce matin, je me suis présentée à vous,

    je vous ai demandé de m'accorder un entretien et vous avez tressailli » p. 32

    Le thème de la succession, de l'héritage, du poids du passé sont annoncés quasi d'entrée mais se développe et s'amplifie au fil des pages. La famille, la terre, le corps, les hommes, le ciel, la mer, la richesse, le bonheur, la vie, la mort, le silence, l'indicible... les personnages comme le lecteur se nourrissent de réflexions sur le sens ou la rupture du sens qui les entoure sur fond de filiation, de transmission, de secret, en somme du poids du passé proche et antérieur.

    « tous les hommes sur son passage enlevèrent leur chapeau et baissèrent la tête,

    conscients qu'à leur tour, ils ne tarderaient pas à disparaître et que cela ne ferait pas pleurer les oliviers. » p. 228

    Bref, un livre qui se lit avec gourmandise et dont on découvre progressivement les ambitions. A déguster, donc.


    Pour continuer sur la lecture, les intéressants résultats d'un sondage TNS-Sofres qui m'apprennent que je suis "grand lecteur" et moi qui trouve que je ne lis pas assez !


    Trackbacks
    Pour faire un trackback sur ce billet : http://thelittlebonzai.zeblog.com/trackback.php?e_id=304286
    Commentaires
    Aucun commentaire pour le moment.

    Ajouter un commentaire

    Nom ou pseudo :


    Email (facultatif) :


    Site Web (facultatif) :


    Commentaire :


     
  • Mon Zoo, créé un jour d'ennui profond

  • Copyright © 2006 Late Last Friday Night - Blog créé avec ZeBlog.com